Vous êtes ici
Home > HAPPY HOUR > CHOCOLAT METIZO TRESOR DOMINICAIN

CHOCOLAT METIZO TRESOR DOMINICAIN

Saviez-vous qu’en cette période de fêtes, en 2015 en France il s’est vendu 33 565 tonnes de chocolat ? Juste à Noël. A l’année, nous consommons 130,5 milliers de tonnes de tablettes. Ce chiffre est un véritable bonheur en ce qui me concerne : terminé la culpabilité de déguster une tablette de chocolat en une seconde, je suis loin, si loin d’être un cas isolé !

Autre question : la République Dominicaine, qu’évoque t-elle pour vous ?

Un paradis pour des vacances au soleil, des plages, des cocoteraies. Vous avez raison. C’est également un pays aux multiples facettes ET producteur de cacao. Nous avons la chance à Paris (à Montreuil plus exactement) d’avoir un producteur dominicain et français « soil to bar » (traduction : de la terre à la tablette) qui y a posé ses valises. Metizo.

Qu’est ce que j’aime chez Metizo ?

L’état d’esprit, la philosophie, la dynamique, la jeunesse, le métissage, la qualité.

Metizo était l’invité du stand de la République Dominicaine, lors du dernier Salon du Chocolat qui s’est tenu à Paris en Octobre dernier. Pour sortir des sentiers battus, je ne saurais que trop vous conseiller de partir à la découverte de cette destination paradisiaque en choisissant des voyages thématiques. Gastronomie bien entendu – c’est la capitale gastronomique des Caraïbes – mais aussi musical (carnaval & festival), nature (29 parc Nationaux protégés, sanctuaires marins, réserves), culturel & historique (vestiges coloniaux), sport et tant d’autres.

Une très belle façon de faire un voyage riche en explorations et en surprises.

En attendant croquons dans une tablette Metizo 70% et demandons à Adrien Pélissié, le co-fondateur de Metizo de nous parler – et il l’a fait avec passion – de cette aventure franco-dominicaine !

COMMENT EST VENU L’IDEE DE CRÉER METIZO

C’est la rencontre de deux « ingrédients ». A la fois cette tradition de la culture du cacao dans la famille d’Avril (Avril Guerrero, co-fondatrice de Metizo) et l’expertise en France et à Paris qui est un des fers de lance de la chocolaterie à l’échelle mondiale. C’est aussi une nouvelle façon de produire, une nouvelle façon de faire du commerce qui est porté par des jeunes de notre génération.

A l’atelier on est à la fois dans un lieu de production qui est dépoussiéré. On rend hommage au produit brut. En même temps le public va participer à l’expérience, mettre la main à la pâte et devenir acteur de sa consommation.

QUELLE EST LA SIGNIFICATION DE METIZO

On a introduit une faute d’orthographe dans le mot « mestizo » qui veut dire métisse en espagnol. On voulait montrer qu’on était à cheval entre deux cultures. Française où on dit métisse, espagnole où on dit mestizo. Du coup on a mixé les deux pour faire metizo.

L’IDENTITÉ VISUELLE

L’objectif est de refléter toute la diversité qu’on trouve dans ce projet, entre la France et la République Dominicaine et au sein de la population dominicaine qui nous accompagne tous les jours dans le projet. C’est un pays où on voit des visages, des métissages qui sont incroyables. A commencer par la famille d’Avril. Ce sont des gens qui habitent depuis des générations en République Dominicaine, ils ont tous les yeux très clairs, ce sont vraiment des rencontres hyper impactantes. Humainement parlant. Et le regard joue un rôle important. Le regard c’est la transmission de l’humanité et on avait envie de communiquer là dessus.

Chocolat Metizo Andrea Owen Blog
© Metizo Paris

LES CHOCOLATS METIZO

Dans notre atelier de Montreuil on va proposer des tablettes de chocolat, du chocolat noir pour commencer, « Bean to Bar » (traduction : de la fève jusqu’à la tablette).

On maîtrise toute la chaine de production de la fève jusqu’à la tablette, ce qui est assez rare puisque je crois qu’il y a une quarantaine chocolatiers en France qui font ça. Et nous sommes les premiers à avoir notre ferme de cacao, on cultive nos fèves de cacao toute l’année.

Il y a environ 4000 chocolatiers en France, inclus les confiseurs, biscuitiers, artisans fabricants ou détaillants.

Cacao en fèves et brisures de fèves, bruts ou torréfiés (importation en France en 2016)

 

 

LES ATELIERS

Il y a tout un volet pédagogique qui s’adresse aux adultes et aux enfants. On va donner des cours de « bean to bar ». Apprendre aux gens à fabriquer leur propre chocolat avec le matériel d’un chocolatier professionnel.

L’ENGOUEMENT POUR LA PÂTISSERIE DE QUALITE AUJOURD’HUI

C’est une excellente question. Pour une fois je trouve que la télévision a été très utile. Les émissions autour de la pâtisserie ont beaucoup démocratisé une discipline qui est un peu élitiste. Contrairement à ce qui a pu se faire dans l’industrie de la musique parfois, c’est complètement encadré par toutes les confédérations d’artisanat. Ça a permis de mettre en avant les savoir-faire artisanaux, de s’appuyer sur des chefs, des grands chefs pâtissiers. Donc il y avait vraiment un cadre d’expertise qui était extrêmement intéressant je trouve. Ça a mis en lumière des chefs qui n’étaient pas forcément ultra médiatisés alors que c’étaient des personnalités de l’industrie. Et ça a propulsé des jeunes sur le devant de la scène et qui ont ouvert pour certains leurs commerce après. C’était un gros coup de pouce pour l’entreprenariat donc j’ai trouvé ça super bien. Ça a fait naître des vocations donc ça a trois facteurs positifs.

 

Vous pouvez retrouver tout l’univers de Metizo sur leur site internet , que vous soyez amateurs de chocolat ou simplement curieux, participer à un atelier de création, au-delà de l’aspect ludique et gourmand vous fera aborder le chocolat sous un autre angle.

www.metizoparis.com

UN AVANT GOÛT EN IMAGES DE LA REPUBLIQUE DOMINICAINE

Office de tourisme de la République Dominicaine
22 rue du 4 Septembre
75002 Paris
01 43 12 91 91
www.republicadominica.fr

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Top